Un représentant de la grande tradition classique et romantique en peinture expose ses œuvres sur les cimaises de la Maison de Chateaubriand. A découvrir du 18 mai au 25 août. 

 title=

A une époque où les pratiques mettent souvent de côté le pictural et le figuratif, André Boubounelle inscrit ses paysages dans la tradition classique de Pierre-Henri de Valenciennes et de Corot.

Qu’ils soient lumineux ou brumeux, ses paysages dégagent une délicate poésie, une sorte de mélancolie. Comme Chateaubriand, Boubounelle transcrit l’expérience universelle de l’homme face à la nature, ce qui donne une intensité émotionnelle rare à ces tableaux : en immersion, on se promène dans des paysages familiers, de la Seine sous la neige à la campagne ensoleillée du Vexin en passant par la forêt de Rambouillet. 

Le peintre chez l’écrivain

Commissaire de l’exposition, Vincent Pietryka relie les deux artistes : « Dans l’ordre du paysage, l’acte le plus pictural dont Chateaubriand fut l’auteur [est] le travail de terrassement qu’il commanda à la Vallée-aux-Loups, où il fit « corriger » la pente du vallon pour ouvrir la vue.
C’est un vrai travail de peintre et peut-être un travail qui ne serait pas étranger à la possibilité même de la peinture de paysage. C’est une coïncidence séduisante, que les cultures ayant poussé cet art à son plus haut degré furent aussi de vieilles civilisations agricoles ayant traité le monde comme la toile vierge d’un grand tableau. Il y a la Chine des rizières, la Hollande des polders, l’Italie qui n’est tout entière qu’un immense jardin…. »

Des peintures pour découvrir les paysages franciliens 

Il poursuit : « Près de la Vallée-aux-Loups, à Louveciennes, le peintre André Boubounelle a vécu et travaillé pendant vingt ans. Son œuvre est principalement de peintre paysagiste. Si au gré des voyages de l’artiste des thèmes, tangents d’ailleurs à l’œuvre de Chateaubriand, sont empruntés par lui à la Grèce, à l’Espagne, à l’Amérique, le cœur de son œuvre est le paysage français, spécialement celui de ce « pays » singulier coincé entre le Vexin et le Hurepoix qui, au couchant de Paris, recouvre aujourd’hui les départements des Hauts-de-Seine, de l’Essonne et des Yvelines. Bougival, Sèvres, Châtenay, Courson, Dourdan, Maintenon, Septeuil, Maule, Louveciennes, en marqueraient les contours. Le développement accéléré des dernières décennies tend à fondre l’Île-de-France dans une seule tonalité, urbaine et gommant les particularités. Le regard du peintre part de cette semence sin-gulière qu’il dépasse lui aussi, mais dans une autre universalité, celle de son propre style. […] On peut faire l’expérience avec d’autres peintres qu’on a longtemps fréquentés : découvrant plus tard les lieux qu’ils ont peints, on a parfois le sentiment de traverser leur œuvre, comme si le paysage physique émanait du paysage peint. Et cela, alors même que le tableau s’écarte du paysage physique du fait des lois stylistiques propres à l’artiste et qui demandent les mêmes travaux que Chateaubriand fit faire à la Vallée-aux-Loups. »  

Programmation autour de l’exposition

  • Visites avec l’artiste
    Samedi 18 et dimanche 19 mai à 16h
  • Ateliers de pastel avec l’artiste
    Dimanches 23 et 30 juin, de 16h à 17h30 (à partir de 6 ans)

  • Lectures sur le thème du paysage
    Samedis 25 mai, 15 juin et 22 juin à 15h

  • Concert piano, Nicolas Stavy joue Chopin, Liszt, Fauré
    Jeudi 13 juin à 20h30

  • Colloque La peinture contemporaine en France
    Vendredi 14 juin de 10h à 17h

  • Cours d’histoire de l’art Petite histoire de la peinture de paysage, de Pompéi à l’Impressionnisme
    Jeudi 20 juin 18h

  • Cours d’histoire de l’art Paysage ou pays sage ?
    Jeudi 27 juin à 18h  

Infos pratiques

  • Visites libres du mardi au dimanche
    de 10h à 12h et de 13h à 18h30
    Tarif : 5 € - Tarif réduit : 4 €
  • Visites guidées du mardi au samedi
    à 15h et 16h (45 minutes)
    Tarif : 7 € - Tarif réduit : 6 €
  • Visites commentées
    45 min - À partir de 6 ans
    Tarif : 7 € - Tarif réduit : 6 €
  • Avec l’artiste et le commissaire d’exposition
    Samedi 18 et dimanche 19 mai à 16h
  • Avec le commissaire d’exposition
    Dimanche 16 juin à 16h